L’aviculture familiale

Pourquoi le choix de cette activité ?

L’aviculture familiale est largement perçue comme un moyen rapide pour assurer la sécurité alimentaire, la création d’emplois et de revenus pour les femmes avec un investissement relativement faible.

La volaille locale ou autochtone est prisée par la population à cause de sa chair ferme et gouteuse. Bien que le rendement de cette aviculture ne soit pas très élevé comparativement à l’aviculture conventionnelle, la production d’œufs présente l’avantage de fournir des nutriments d’une haute valeur nutritive.
L’un des avantages de cet élevage est qu’il demande peu d’intervention au quotidien, ainsi les femmes peuvent vaquer à leurs occupations tout en y veillant.
Ces volailles sont robustes du fait qu’elles trouvent une grande partie de leur alimentation en picorant dans la nature, de ce fait elles sont moins affectées par certaines maladies.

Nb : Nous prioriserons l’achat de la volaille locale et en âge de ponte. L’avantage de cette démarche est que cela contribuera à un apport financier pour le commerce local et nous avons une trace de la provenance de la volaille.

Pour qui ?

Les femmes de Banikidi sont mobilisées pour faire face à la dégradation de leur environnement et de leur condition de vie sociale et économique. C’est ainsi qu’à leur demande, elles ont bénéficié de la part d’ADAB et de nos partenaires en France (Association Loos N’Gourma) et local (le groupement Fiimba de Sampiéri), d’une formation en Agroécologie tropicale.

Elles ont mis en place avec les hommes, une pépinière composée de plusieurs variétés de plants (neem, baobabe, manguier, payer, moringua etc…) dans un but de restaurer leur environnement en plantant ces arbres et en revendant certains.

Elles ont pu constater les bien-fondés de la mise en pratique de certaines techniques telles que le compost aérien, le zaï et les cordons pierreux pour améliorer la production de leur champ, pour les récoltes de maï de l’année 2019.

Elles pratiquent l’élevage de substitution et sont très désireuses de pouvoir organiser, développer et pérenniser cette activité.

Comment les femmes vont-elles gérer et pérenniser l’activité d’élevage ?

Un comité de gestion constitué de femmes, sera mis en place, il se chargera de faire le point sur la mise à jour des vaccins en cas de besoin ; après concertation avec les autres membres, le comité se chargera de la vente des œufs et de la volaille par période il s’occupera également de la gestion financière.

La volaille sera élevée en plein air, les femmes disposeront des récipients qui serviront d’abreuvoir. Les aliments tel que le mil seront donnés en dispersion par terre comme c’est traditionnellement fait au village. Une case est prévue pour abriter les poules qui pondent et les poussins et en cas d’intempérie, la volaille est abritée dans des cases prévu à cet effet.

À quoi va servir cette collecte ?

Les sommes perçues des ventes des œufs et de la volaille, seront utilisées pour :

– le fonctionnement de l’activité d’élevage (soins vétérinaires, alimentation et divers)

– le fonctionnement de l’association

– l’alimentation d’un système de solidarité pour les plus démunis

– l’alimentation d’une caisse pour les évènements sociaux-culturels

– les membres du groupement bénéficieront d’un tarif réduit pour l’achat des œufs et la volaille, ce qui leur permettra d’améliorer l’alimentation de leur foyer.

Un vétérinaire de la ville la plus proche viendra selon un calendrier préétabli, assurer le suivi de santé de la volaille et donner des recommandations ou prodiguer des conseils de prévention aux femmes pour une meilleure pérennisation de leur activité.

Il est à noter que l’élevage de volailles en petit nombre est pratiqué dans la quasi-totalité des villages du Burkina Faso pour la consommation domestique, la vente et divers usages socio-culturels. Néanmoins, il nous semble nécessaire que des rencontres de dialogue et d’échange d’expériences s’organisent entre les aviculteurs de Banikidi et des villages voisins.

L’ADAB va lancer prochainement une campagne de financement

En soutenant ce projet, vous apportez votre contribution à :

  • La consolidation d’une activité, source de revenu et d’autonomie financière des femmes.
  • L’amélioration de l’alimentation des ménages (en priorité les femmes enceintes, et les enfants) par la consommation de la viande et des œufs.
  • La fertilisation naturelle des sols cultivables ainsi que la pérennisation des activités de pépinière des femmes (dans le but de reforester leur environnement), grâce aux fientes de volailles qui servira d’engrais pour les plants.
  • Apporter une meilleure cohésion sociale grâce à l’amélioration de l’économie locale.